Un guide pour préparer votre mix pour LANDR

Nous aimons le fait que le mixage soit une affaire personnelle et que chacun ait son propre style. Nous ne voulons pas que vous vous sentiez trop restreint lorsque vous mixez alors voici quelques conseils que nous vous donnons pour obtenir les meilleurs résultats possibles de notre mastering.

Cela concerne les dynamiques et le headroom.

 

Les dynamiques

Pour les dynamiques, il y a quelques petites choses à garder en tête lorsque vous préparez votre mix pour LANDR.

Un morceau dynamique couvre une large gamme d’éléments qui va du relativement calme au bruyant. Vous pouvez aussi voir ça à une plus petite échelle comme la différence de niveau ou d’intensité entre les différents sons de votre morceau.

Le mastering fait appel à des techniques de compression qui utilisent cet espace dans le but d’ajouter de l’intensité, de la présence et donner de la cohésion à votre mix. Si la plage dynamique a disparu, LANDR ne pourra pas faire grand chose dans cette configuration-là.

Les principaux responsables des mixes à faibles plages dynamiques sont les fortes compressions ou les limiteurs. On comprend bien qu’ajouter de la compression et un limiteur à votre master ou à la sortie stéréo de vos mixes ajoute de la puissance et de l’intensité et que vous voulez que votre mix sonne FORT ! Mais si vous avez l’intention d’utiliser notre logiciel pour apporter cette dernière petite touche, LANDR s’occupera de ça pour vous. Si vous aimez mixer avec un son puissant, pas de soucis, augmentez le volume de vos moniteurs !

LANDR utilise ces dynamiques que vous laissez, c’est pour cela que nous vous recommandons de ne pas faire appel à des plugins dynamiques qui sont généralement utilisés lors du processus de mastering (ex : limiteurs ou compresseurs) à votre canal master dans le but de trouver de la puissance. Vous pouvez ajouter des plugins sur votre bus master mais pas ceux qui ne sont là que pour pousser votre mix à sa limite !

Les compresseurs sont des outils essentiels pour contrôler les dynamiques et nous encourageons leur utilisation. Contrôler vos dynamiques en utilisant la compression peut contribuer à un meilleur son mais le résultat est toujours plus agréable lorsqu’on ajoute de petites quantités de compression à différentes étapes du mixage plutôt que tout ajouter à la fin. Donc il n’y a pas de mal à ajouter un peu de compression sur des pistes et des bus individuels du moment qu’on ne pousse pas trop et que ça n’écrabouille pas votre morceau !

On ne vous dira pas qu’il n’existe qu’une seule manière de mixer, ce serait mentir. Donc si vous préférez mixer fort, allez-y ! Par contre, nous vous encourageons à expérimenter avec votre mix et à comparer les différents résultats obtenus avec LANDR. C’est la meilleure façon de se rendre compte de vos préférences en terme de mastering.

 

Le Headroom

La prochaine chose à considérer est le Headroom. Le Headroom est crucial pour le mastering, parce qu’encore une fois, LANDR utilise l’espace que vous laissez pour y faire tous ses ajustements liés au mastering. LANDR est limité dans son action s’il n’a pas l’espace nécessaire pour s’exprimer sur votre mix. Le mix final se doit d’avoir une quantité suffisante de headroom (l’espace entre le niveau le plus élevé et 0dBFS, ce qui est le niveau maximal que peut atteindre la musique numérique).

Viser autour de 6dB de headroom c’est très bien et sans danger, ce qui veut dire que votre sortie master (le signal de toutes vos pistes combinées) doit avoisiner les -6 dBFS. -6dB, c’est assez large et sécurisant. Il se peut que certains pics dépassent les -6dB, assurez-vous juste que vous offrez quelques dBs de headroom. Rappelez-vous que nous parlons des sons les plus élevés ici, pas du niveau moyen.

Ne vous fiez pas aux chiffres, le plus gros souci, ce sont les pics au dessus de 0dBFS. 0 dBFS, c’est la limite numérique avant que la distorsion ne se déclenche. C’est pourquoi votre voyant devient rouge ! Votre but est d’éviter cela.

Note : C’est toujours mieux d’avoir un headroom conséquent lors du mixage plutôt que de prendre un raccourci en vous précipitant sur votre master fader (laissez-le à 0). Parfois ça passe mais nous ne pouvons pas voir toutes les sessions de mixage de chacun et quelle sorte de gain staging ils ont utilisé, c’est juste une recommandation pour que tout aille bien. La meilleure chose, c’est de garder ces choses en tête lorsque vous débutez votre mixage pour ne pas tout embrouiller à la fin !

 

Jetez un œil à ces articles de blogs plus détaillés que nous avons publiés :

Comment préparer vos morceaux au mastering LANDR

7 Astuces Pour Obtenir Du Headroom Et Optimiser Votre Mix

 

Une fois que vous avez exporté votre audio de votre DAW, assurez-vous toujours, avant de télécharger vers LANDR, que le fichier se lise correctement et qu’il soit de la bonne durée.

 

Checklist :

  • Évitez d’utiliser des compresseurs ou limiteurs sur votre sortie master uniquement pour rechercher la puissance (LANDR s’en charge pour vous).
  • Assurez-vous qu’aucun de vos canaux de mix ne subissent de clipping au dessus de 0 dBFS (votre master inclus !).
  • Optez pour un mix dynamique avec du headroom.
  • Si vous avez grignoté quasiment toutes vos plages dynamiques en utilisant de la compression et/ou un limiteur, veillez à créer du headroom en baissant votre master fader. Normaliser par le bas ou baisser votre plafond de limiteur n’aidera pas, le vrai headroom n’a de valeur que s’il y a encore des dynamiques sur votre piste.

 

Les plug-ins (j’en ai besoin ou pas ?)

PLUG-INS ! Utilisez n’importe quel outil que vous jugez nécessaire pour avoir le meilleur mix possible. C’est vous le chef ici MAIS N’OUBLIEZ PAS : laissez LANDR s’occuper du volume sonore. Ne vous en préoccupez pas quand vous mixez, choisissez la HAUTE intensité pour booster votre mix et atteindre le niveau d’un master commercial.

 

NOTE POUR LES PROS : les plugins qui imitent l’analogique (non linéaire) : jetez un œil à tous vos plugins. Combien sont calqués sur un vieil équipement analogique type compresseurs, égaliseurs, canaux de console, etc.? Si le modelage est fait correctement, la plupart de ces processeurs doivent se comporter comme l’équipement analogique qu’ils visent à imiter. Plus vous les poussez, plus ils auront tendance à saturer, se déformer et introduire différents “niveaux de bruits”. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Au contraire, c’est souvent utilisé à des fins créatives. Mais en général si vous poussez vos plugins à fond, ça va se ressentir sur votre mix qui paraîtra fragile et dur à la fois et bidimensionnel. Si vous sentez que vos masters LANDR ne sonnent pas comme vous l’auriez espéré, vérifiez votre chaîne de plugins et assurez-vous que vous ne les poussez pas trop fort par inadvertance.

 

Est-ce que j’ajoute de la compression, un limiteur ? Du dithering ?

Les musiciens et les ingénieurs utilisent les plugins de manière créative. Chacun a sa patte et nous adorons ça.

Comme on l’a dit plus haut, les Compresseurs sont des outils intéressants pour contrôler les dynamiques et nous vous encourageons à les utiliser si besoin. Gardez juste en tête que LANDR peut faire plus pour votre mix si vous utilisez des techniques de compression plus douces et calculées. La compression peut bouffer vos plages dynamiques et plus vous en mettez (surtout si c’est sur l’ensemble du mix), moins LANDR a de place pour travailler.

Les Limiteurs sont également utiles et pas que pour créer un mur de son et booster l’ensemble. Utilisez-les comme bon vous semble mais nous déconseillons d’en claquer un sur votre chaîne de master et le pousser à fond pour avoir plus de puissance sonore. LANDR est expert en la matière et on s’occupera de cela pour vous.

Le Dithering est un truc bien technique mais il n’y a pas trop à s’inquiéter là-dessus, soyez juste vigilant à en mettre le moins de fois possible. Si vous devez absolument baisser la résolution d’une session lorsque vous bossez sur un projet, vous pouvez utiliser du dithering. Cependant, c’est mieux d’utiliser le dithering qu’une seule fois, traditionnellement à la toute dernière étape avant la duplication ou la distribution nette. Ce qui veut dire que si vous préparez vos morceaux pour LANDR, ou un ingénieur du son, vous devriez éviter de réduire la résolution. LANDR s’occupera du dithering et de la résolution pour vous. La plupart des stations audionumériques donnent la possibilité de couper le dithering au moment d’exporter.

Mise à jour

Cet article vous a-t-il été utile ?

Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 745 sur 793

Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande